Installer une nouvelle carte réseau Éthernet

Publié le Catégorisé comme essais

Une opération facile et économique sous Linux Ubuntu !

J’installe la fibre à la maison. Parmi les éléments qui comptent, adapter mon vieil ordinateur datant de 2006 pour qu’il puisse bénéficier de la puissance de débit de la fibre.

Certains voudraient vous convaincre de changer d’ordinateur au moment de passer à la fibre. Il fonctionnera même si vous ne faites rien. Cependant, pour profiter de la puissance de débit offerte par la fibre, il est pertinent d’adapter votre machine.

Me lançant dans l’opération avant l’arrivée de la fibre, j’observe que la nouvelle carte réseau améliore la réception de l’ADSL. Pas besoin de mesurer pour constater que les téléchargements par exemple des mises à jour, se font bien plus rapidement. J’ai déjà changé les câbles pour de la catégorie 7 et j’attends encore les nouvelles prises CPL (courant porteur en ligne) qui relient l’ordinateur à la box. Le résultat est immédiatement visible. L’installation est simple et rapide ! En voici les étapes :

Pour 33 euros, une carte déjà performante

Il n’est pas aisé de choisir une carte réseau tant les modèles varient par leurs prix et les performances annoncées.
Mon ordinateur est ancien, je n’allais pas investir dans une carte trop chère. Pour autant, d’après ce que j’ai lu, les premiers prix risquent d’être décevants tant du point de vue technique qu’en matière de résistance dans le temps.
J’ai donc commandé pour 33.14 euros le modèle XIAOLO 2.5GBase-T PCIe Adaptateur réseau 2.5G/1G/100Mbps PCI Express Gigabit Ethernet Carte RJ45 LAN Carte Réseau pour PC Support Windows 10 et Linux Jeu de puces pour I225V.
Selon le constructeur :
– I225V est la dernière puce de carte réseau 2.5G. Elle a une faible consommation d’énergie, une faible latence et une transmission plus stable, et il n’est pas facile de provoquer une perte et une distorsion de paquets.

  • prend en charge un débit de données jusqu’à 2,5 Gbit/s. Utilise la dernière technologie 2.5GBase-T, 2,5 fois plus rapide que les adaptateurs Gigabit typiques, garantissant des données fluides.
  • prend en charge trois vitesses : 2,5 Gbit/s, 1 Gbit/s et 100 Mbps.
  • S’adapte à n’importe quelle prise PCI Express x1, x4, x8 ou x16 cardLa carte LAN RJ45 prend en charge le boîtier PC avec support standard et support mince.
  • compatible avec le système d’exploitation Windows 10S/10RS5+, Linux.
  • le pilote peut être téléchargé à partir du CD ou en ligne.

Une petite boîte “made in China”

Dans ma région, je n’ai rien trouvé de disponible dans cette gamme de prix . Aucune carte ne semble fabriquée en France. Sur ce type d’article la terrible célèbre plateforme se montre ultra performante.
J’ai été livré en deux jours avant la date annoncée.

La boîte est cependant adaptée à la taille du produit et permet de le préserver pendant le transport.

Les étapes

1- On vérifie le contenu

Vous trouverez un mini cédérom contenant le pilote (je n’en ai pas eu besoin), un adaptateur selon la taille de votre tour d’ordinateur, un tournevis cruciforme précieux et la carte. Le tout est sous plastique. A ouvrir avec précaution.

2 – On débranche tout !

Il convient de tout débrancher. Il peut être bien de mettre des gants en latex pour éviter les chocs électrostatiques en manipulant les composants. Il faut repérer la “vis” ou le clapet qui permettra d’ouvrir le capot de la tour de l’ordinateur.

3 – On repère les sorties

Une baie est déjà destinée au moniteur (l’écran). Sur cet ordinateur, il serait possible d’ajouter 3 éléments (comme par exemple une carte Wi-Fi ou une autre carte son). C’est par là que passera le futur branchement. L’ancienne carte Éthernet d’origine ne sera pas désinstallée. Dans certains cas, on peut bien sûr enlever ou remplacer une carte que l’on a installée par une autre.

À l’action !

4 – Choisir où emboîter la nouvelle carte

On voit ici des espaces disponibles, en blanc ou noir. Les emplacements sont longs ou courts. A vous de choisir selon la sortie qui vous semble la plus pratique. Il faudra agir avec précaution sans changer d’avis…

5 – Clipser la carte

Après avoir dévissé la baie de sortie permettant de passer la nouvelle prise où vous brancherez votre câble, enfoncez la carte sans forcer (il y a des détrompeurs) mais fermement “jusqu’au bout”. Attention à ne pas “bousculer” ou “heurter” un autre élément. J’en ai profité pour faire la poussière avant de refermer.

6 – Brancher le câble Éthernet

Vous aurez choisi un câble récent. J’ai pris la norme cat 7. Ce n’est pas plus cher. Vous reliez à la nouvelle prise (celle de la nouvelle carte réseau) et vous effectuez les différents branchements. Je passe par une prise CPL sinon on peut se relier directement à la box.

7 – Pas eu de pilote à installer !

Linux Ubuntu a reconnu tout seul la nouvelle carte. Aucune autre manipulation que le redémarrage de l’ordinateur n’a été nécessaire.
Je l’ai fait avec la version Ubuntu 21.10 mais d’après ce j’ai lu pas de souci avec la précédente.

Pour conclure


Dans une perspective de durabilité des machines, il est vraiment pertinent de rajouter des éléments à une carte mère.

Je n’aurais pas pu faire cela avec un ordinateur portable ou un ordinateur de bureau “tout en un”. Les “tours” montrent tout leur intérêt.

L’opération technique est vraiment simple pour peu qu’on soit un rien prudent.

Outre l’efficacité technique, nous avons la démonstration qu’avec Linux Ubuntu les choses se font simplement : pas de pilote à installer ! Pas de manipulation dans la configuration de l’ordinateur !

C’est donc facile, efficace, économique et gratifiant !

N’hésitez pas à faire part de vos questions comme de votre propre expérience !

Partagez si vous aimez !

Par Vincent Breton

Vincent Breton anime plusieurs blogs. Il s'intéresse au numérique et notamment au monde du "libre" depuis de nombreuses années. Il a exercé plus de quarante ans dans l'enseignement. Après avoir été responsable d'une équipe mobile de liaison (EMALA), il est devenu formateur pour les enseignants et a lancé le site "Prepaclasse" qui connut une certaine renommée. Comme inspecteur de l'Éducation nationale dans le premier degré, il a été chargé de la mission départementale relative au numérique à Paris, dans le Finistère et dans les Hautes-Alpes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.