Pourquoi il ne faut jamais vous inscrire à une application ou un site via Facebook

Publié le Catégorisé comme réseaux sociaux

Nous avons déjà souligné tout ce que Facebook sait de vous. Nous avons vu sa capacité à croiser les données .

Si nous pensons plus ou moins à contrôler l’application Facebook, nous manquons souvent de vigilance en nous inscrivant à des applications tierces ou des sites via notre compte Facebook. En réalité, c’est comme si nous donnions les clés de notre espace à des inconnus.

Quelles applications sont concernées ?

Ce peut être des jeux, des quiz, des sites de vente ou des applications et sites de rencontres…

D’une part Facebook va savoir que vous utilisez ces applications mais surtout :

  • Facebook pourra collecter de nouvelles données vous concernant
  • en contrepartie, les applications et sites pourront collecter vos listes d’amis (même masquées) ou d’autres informations. Dans certains cas, ces applications pourront publier “en votre nom” sur votre page…

Un exemple de problème posé :

En s’inscrivant à son application Badoo, Jeanne avait le choix entre trois propositions.

a) passer par son adresse courriel en créant un mot de passe dédié

b) s’inscrire via son compte Google

c) s’inscrire directement via Facebook

Nota : s’inscrire via Google pose également des problèmes proches (partage de contacts).

Jeanne s’est inscrite via Facebook .

Cela se fait très vite. Par smartphone ou sur l’ordinateur, Badoo va demander l’accès au compte Facebook sans avoir à entrer de mot de passe .

Badoo a récupéré tout seul les photos de profil Facebook

Que ce soit la photo actuellement en ligne sur Facebook et publique ou les photos publiées auparavant (même restreintes aux amis) , Jeanne a retrouvé toutes ses photos dans son profil Badoo. Ainsi, on a pu voir ses animaux ou son jeune fils. Il lui a été nécessaire de retirer manuellement chaque photo…. et d’en choisir d’autres .

Facebook lève votre anonymat sur Badoo et celui de vos contacts

Selon ses propres règles, vous devez en principe vous inscrire sous votre propre identité sur Facebook. Prendre un pseudo limitera à peine la confidentialité si vous ne prenez pas un certain nombre de précautions.

Découverte numéro 1 dans les suggestions d’amis

Jeanne a pu découvrir que Facebook lui suggérait en amis des personnes avec qui elle avait pu discuter sur Badoo (elle a reconnu leur photo).

Certes sur Badoo les personnes apparaissaient avec un pseudo mais elle a pu découvrir : leur prénom et nom complet et selon les cas d’autres informations parues sur Facebook ainsi que leur liste d’amis lorsqu’elle n’était pas masquée.

Dans le cas de personnes mal intentionnées, cela peut s’avérer dangereux (par exemple avec le risque de harcèlement….).

Découverte numéro 2 – si je vois le nom des autres, ils peuvent voir le mien

Jeanne a pris conscience qu’elle pouvait ainsi révéler des informations assez précises qu’elle ne souhaitait pas partager sur son site de rencontres !

L’exemple récent de la condamnation de Grindr appelle à la vigilance

Au delà de la problématique posée par Facebook la condamnation de Grindr par la Norvège à une amende de 6,3 millions d’euros pour partage illégal de données est venue rappeler que “si c’est gratuit, le produit c’est vous”.

Problématiques en elles-mêmes, ouvrir des passerelles vers d’autres comme Facebook, c’est s’exposer à une fuite de données dont certaines peuvent être sensibles !

Conseils en conclusion :

  • on ne s’inscrit pas à une application ou un site via Facebook
  • si besoin on révoque les autorisations données dans les paramètres de Facebook
  • on s’inscrit via une adresse courriel de préférence dédiée en préférant mailo ou proton ou Tunatota…
  • on choisit un mot de passe dédié à l’application et complexe

Par Vincent Breton

Vincent Breton anime plusieurs blogs. Il s'intéresse au numérique et notamment au monde du "libre" depuis de nombreuses années. Il a exercé plus de quarante ans dans l'enseignement. Après avoir été responsable d'une équipe mobile de liaison (EMALA), il est devenu formateur pour les enseignants et a lancé le site "Prepaclasse" qui connut une certaine renommée. Comme inspecteur de l'Éducation nationale dans le premier degré, il a été chargé de la mission départementale relative au numérique à Paris, dans le Finistère et dans les Hautes-Alpes.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.